«En Commun!», nouveau parti à l’accent audois

10 Nov 2021 | Médias

L’Indépendant 10 novembre 2021

« Il y a beaucoup de politicailleries en ce moment sur les alliances en vue des présidentielles et évidement des législative » reconnaît Philippe Hardouin qui depuis 30 ans partage sa vie entre Paris et l’Aude, à Lagrasse et Montolieu, puisqu’il n’est autre que le gendre de Cérès Franco. Mais pour l’instant, pas question de penser aux législatives et à l’articulation d’une victoire d’Emmanuel Macron dans le département « Nous, ce qui nous importe, c’est de ne pas mettre la charue avant les bœufs »

Donner du corps à la «maison commune» Avec Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, il vient de créer un nouveau micro-parti, «En Commun» . Un mouvement avait été créé en mai, avec des élus de gauche et des écologistes qui ne se retrouvent pas dans La République en Marche de 2017, mais en grande partie en Emmanuel Macron.

Parti d’une quarantaine de députés et de membres de la société civile, En Commun revendique 500 adhérents, mais En Commun est devenu un parti politique en octobre. A l’instar d’Horizons de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe (venu de LR), En Commun (Barbara Pompili est ministre et ex EELV) est voué à rejoindre la nouvelle galaxie des micro-partis appelés à constituer la Maison commune sur laquelle reposera la campagne d’Emmanuel Macron explique Philippe Hardouin,. Pour le plus audois des Parisiens. Le droit à la fin de vie, la légalisation du cannabis, un revenu universel pour les jeunes en formation, l’accompagnement de la révolution écologique par des mesures d’aides sociales, des taxes sur les plateformes numériques plus élevées qu’elles ne le sont, un dialogue social moins vertical…