Qui sommes-nous ?

En Commun ! est un mouvement politique qui s’est créé en juin 2020 à l’initiative d’un groupe de parlementaires de la majorité présidentielle, de citoyens et élus locaux activement engagés dans la vie publique, et qui tous considèrent que, dans le domaine des solidarités, de l’écologie et du social, les engagements de 2017 doivent être tenus et approfondis et qu’une nouvelle réflexion politique s’impose autour de nos biens communs, en réponse aux crises que vivent notre pays et l’Europe.

Dès octobre 2020, le mouvement se transforme en parti politique, à la suite de la tenue de sa première université d’été, avec la volonté de présenter des propositions politiques concrètes dans la perspective de réparer la société française autour de réflexions sur les biens communs, au sortir d’une crise sanitaire génératrice de nouvelles précarités, et la rassembler autour d’un projet de république solidaire, sociale et écologique porteuse d’aspirations à un renouveau démocratique.

«

Rassembler autour d’un projet de république solidaire, sociale et écologique »

La première ambition d’En Commun !

La première ambition d’En Commun ! est de redonner toute sa place au travail de réflexion politique, alliant citoyens engagés, parlementaires, élus locaux et experts, sur comment, dans ce contexte de crises multiples – géopolitiques, économiques, sociales, sanitaires – les biens communs de la société française doivent être pensés au sein d’une Europe, puissance régionale, gardienne du multilatéralisme et du climat et porteuse de valeurs solidaires et de culture.

Redonner le goût des débats et élaborer des propositions concrètes pour les citoyens, réparer et repenser la société française autour d’un contrat républicain pour redonner un sens à un projet politique, tel est le sens du travail que les membres d’En Commun ! développent dans ses groupes de travail thématiques autour de cinq grands communs identifiés :

Les enjeux de la souveraineté française et européenne

Les nouvelles solidarités et le modèle social européen

La transformation écologique et la justice sociale

La république en commun

La culture et l’humanisme au cœur de nos valeurs et de notre identité

En Commun ! s’est constitué à partir de constats et de convictions partagés

La France en Commun, c’est une France qui :

prend la mesure de la transition écologique, en prônant une écologie porteuse de justice sociale, appropriée par tous et arrimée à un projet sociétal de croissance favorisant une consommation raisonnée et une sobriété dans la consommation de ressources naturelles.

prend soin de tous, de l’autre, comme de notre environnement.

réaffirme les principes intangibles de la laïcité comme ciment de notre République, de notre liberté individuelle particulièrement d’expression et de pensée.

réaffirme la nécessité de réinscrire les destins individuels dans un destin collectif.

assure la sécurité des citoyens dans le respect du droit et des devoirs de chacun et dans un esprit humaniste, en développant des politiques de prévention des délinquances ambitieuses.

met au cœur de ses ambitions le droit pour chacun à l’éducation, à la formation et à un travail, source d’autonomie, d’épanouissement et de réalisation.

prend en compte les biens communs que nous partageons pour fonder les principes d’une réelle cohésion sociale  (santé, éducation, culture, sécurité,…) dans le cadre de la nécessaire souveraineté partagée à l’échelle de l’Europe.

veille à réduire les fractures de notre société et les inégalités de patrimoine, qui creusent les inégalités de destin.

s’attache à définir une politique d’immigration juste, fondée sur l’accueil, la dignité et l’intégration réelle.

Nous avons la conviction que nous devons formuler un projet de société suffisamment fort et enthousiasmant pour ré-enchanter l’engagement et la participation dans notre pays.

Nous avons la conviction que nous regagnerons la confiance de nos concitoyens si nous portons une ligne politique claire qui propose un projet de société autour des questions de solidarité, d’écologie, de justice et de cohésion sociales et de renouveau des pratiques démocratiques et de nos institutions.